Il y a deux ans, Sylvain Reymond était nommé Directeur Général de Pro Bono Lab par Céline Laurichesse, Présidente de l’association de référence en matière d’engagement par le partage de compétences. En cette fin d’année, il dresse le bilan de ces 24 premiers mois à la tête du Lab, qui auront vu la structure se développer comme jamais (+ 160% de croissance) et le pro bono se répandre partout en France.

Lors de notre Assemblée Générale de juin dernier, à Lyon, Céline Laurichesse, Présidente de Pro Bono Lab résumait ainsi l’année 2018 : « au-delà d’avoir été une période de forte croissance, d’intensification de son impact et de consolidation de ses fonds propres avec l’arrivée de 60 nouvelles entreprises partenaires, 2018 restera dans l’histoire de Pro Bono Lab comme une année de référence et de renouveau ». L’ensemble du Conseil d’Administration du Lab se réjouissait de voir s’ouvrir de « nouvelles grandes perspectives de développement du pro bono et, conjointement, de Pro Bono Lab partout en France ». Si 2018 fut l’année du renouveau de son projet stratégique national, 2019 restera comme l’année de la confirmation, de la maturité, de l’action concrète au cœur des territoires.

La dernière Probono Factory – programme territorial de démocratisation du mécénat/bénévolat de compétences par les territoires, pour les territoires, porté dans 5 régions avec 30 entreprises ou institutions partenaires – incarne ce succès : 2 nouvelles régions couvertes (Méditerranée et Hauts-de-France), près de 600 personnes mobilisées et 3 000 heures de bénévolat/mécénat de compétences réalisées dans 5 villes en seulement 5 jours.

20 propositions pour « démocratiser la pratique », un Pro Bono Day pour « rassembler les acteurs »

Dès janvier 2019, le Lab avait fait part de son ambition de « démocratiser la pratique du pro bono partout en France ». Tant par l’intermédiaire d’organisations engagées (entreprises, acteurs publics ou de l’ESS), qui adressent les compétences de leurs ressources humaines, que par le concours des individus qui transmettent directement leurs compétences à des structures à finalité sociale. Le Manifeste « Toute compétence est un bien public. », texte fondateur réaffirmant la vision originelle des cofondateurs du Lab, a réunit en janvier 20 propositions, co-construites par nos différentes parties prenantes, pour développer l’engagement par le partage de compétences en France et dans le monde. Dès sa publication et la visite officielle de Gabriel Attal, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Education Nationale, nous avons porté et défendu ces 20 propositions. Encore récemment dans le cadre d’auditions ministérielles ou parlementaires, à l’Assemblée Nationale comme au Sénat, elles nous auront permis de préserver le cadre exceptionnel du mécénat de compétences en France, passé très proche d’une suppression, du fait d’un certain nombre de dérives notamment.

Avec Céline Laurichesse et Elsa Chaucesse, Responsable des partenariats, nous poursuivons sur cette voie, au sein de la Mission Ministérielle confiée par Gabriel Attal à Charles-Benoît Heidsick, Président-Fondateur du RAMEAU, et à la députée Cathy Racon-Bouzon comme de la dynamique 10%, coalition d’entreprises engagées impulsée par Christophe Itier, que nous soutenons depuis le premier jour. Nous continuerons à valoriser les pratiques exemplaires en matière de pro bono et de mécénat de compétences pour inspirer de nouveaux acteurs et accompagner leur montée en puissance. Nous continuerons aussi à dénoncer celles qui ne respectent pas la finalité sociale de ces dispositifs, leur vocation d’intérêt général, en confiant aux 35 membres de notre Club de Partenaires de nouvelles réflexions structurantes sur la valorisation du pro bono. Celles-ci seront restituées dans le cadre de la 3èmeédition du Pro Bono Day en octobre 2020.

La deuxième édition du Pro Bono Day, placée en 2019 sous le signe de la « raison d’être des entreprises… et des individus », était d’ailleurs vouée à rassembler toutes celles et ceux qui partagent ces convictions pour un bénévolat/mécénat de compétences plus exigeant, mieux encadré, à impacts positifs sur les associations accompagnées. Plus de 30 intervenants (dirigeants économiques ou politiques, sociologues, économistes, experts, institutionnels, Ministres, bénévoles, etc.) et 200 participants étaient réunis pour ouvrir, à leur tour et collectivement, de nouvelles perspectives de démocratisation du pro bono. C’est à cette occasion que Céline Laurichesse a pu, en présence de Gabriel Attal, réaffirmer les fondamentaux de ce pro bono (bénévolat/mécénat de compétences) « à la française ». 

Plus de 100 entreprises fédérées autour de nos programmes ou formats d’engagement… partout en France

En 2019, comme depuis presque 10 ans, ce sont notre expérience et nos connaissances du terrain qui nous inspirent ces propositions nouvelles et actions de plaidoyer. Cette année, au sein de nos nouveaux écosystèmes d’ancrage comme au niveau national, nous avons plus que jamais « fait connaissance », dans les deux sens du terme. L’étude territoriale Hauts-de-France, restituée en début d’année, venait conforter notre choix d’implantation au sein de ce territoire. En à peine une année, la région des Hauts-de-France est devenue un véritable « laboratoire du bien public » comme ce fut le cas préalablement en Méditerranée, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Ile-de-France. Fin 2019, c’est la région Grand Ouest et la dynamique qui actuellement s’y met en place, grâce à l’accueil des acteurs locaux et le travail de notre nouvelle Directrice, Claire Bertin, qui vient une nouvelle fois asseoir notre premier choix stratégique : faire des territoires nos laboratoires du pro bono. Dans la continuité de notre dernière étude territoriale Puy-de-Dôme, restituée en octobre dernier, nous positionnerons en 2020 le pro bono au cœur de nouvelles métropoles et territoires ruraux. Un.e nouveau.elle directeur.trice sera d’ailleurs prochainement nommé.e en Nouvelle Aquitaine.

En 2019 toujours, nous avons actualisé les chiffres et données du Panorama National du pro bono 2019 – mené en partenariat avec l’Ifop, Admical et Le Rameau – nous ont permis d’affiner notre connaissance du contexte français et de redéfinir les priorités opérationnelles du Lab. Sur cette base, le guide Le pro bono (pour tous) en pratique dévoilait 10 ans de méthodologie d’accompagnement propres à Pro Bono Lab, pour permettre à chaque acteur de s’approprier les fondamentaux du pro bono et de sa mise en application. En plus des activités de conseil et formats clefs en main emblématiques du Lab (dont l’incontournable Marathon Probono), Dieynaba Sall, alors nommée Directrice des Opérations et de l’Accompagnement, avec son équipe, a dévoilé l’identité de nos trois Grands Programmes : la Probono Factory, mais aussi Probono Explorers, programme de démocratisation de la pratique du pro bono par de nouveaux publics et le Probono Booster, programme d’accompagnement de 6 mois à 1 an. 3 grands programmes représentatifs de nos 3 grandes communautés, et autant de leviers d’actions pour les entreprises et institutions partenaires qui nous sont fidèles.

Fort de son maillage territorial et de l’envergure de ses réseaux internationaux (Global Pro Bono Network, Points of Light) qui lui permettent d’opérer France entière et dans une grande partie du monde, Pro Bono Lab a accompagné en 2019 plus d’une cinquantaine d’entreprises ou institutions dans la conception, la mise en œuvre ou le passage à l’échelle de leurs politiques d’engagement citoyen des collaborateurs en France et dans le monde. Le Lab demeure le premier partenaire conseil des entreprises qui souhaitent mobiliser leurs collaborateurs au service de causes d’intérêt général via le mécénat de compétences. Parmi elles, plusieurs nouveaux partenaires avec lesquels nous avons relevé, en 2019, le défi de l’expérimentation et de l’innovation en pro bono : Air Liquide, Doctolib, Club Identicar, L’Oréal, Somfy, Banque de France, Française des Jeux, Groupe Roche, Devoteam, Accenture, Fédération Nationale des Banques Populaires, Fondation Pierre & Vacances, Fondation du Nord, etc. Au final, en 2019 et depuis sa création, Pro Bono Lab c’est : près de 50 000 heures de pro bono, plus de 6 000 volontaires mobilisés, près de 2 000 missions réalisées, plus de 600 structures à finalité sociale accompagnées.

Pro Bono Lab : équipe nouvelle génération et nouveaux modes de mobilisations communautaires

En 2019, c’est aussi toute l’équipe de Pro Bono Lab qui s’est renouvelée et renforcée en profondeur. Plus de 20 nouveaux profils ont intégré l’aventure depuis janvier 2018. 30 permanents œuvrent désormais partout en France pour faire de « toute compétence un bien public », en démocratisant chaque jour un peu plus la pratique du bénévolat/mécénat de compétences. Sylvaine Parriaux, Déléguée Générale d’Admical et Fatem-Zahra Bennis, Directrice Adjointe de l’association Ikambere, ont intégré en juin dernier notre Conseil d’Administration. Au niveau local, des Comités Régionaux complètent désormais notre Gouvernance nationale, en appui des directrices et directeurs régionaux.

Laura Frantz, en provenance de la Société Générale, dirige désormais l’ensemble des fonctions internes de Pro Bono Lab à mes côtés. En quelques mois, elle a permis à la structure de consolider l’ensemble de sa politique sociale, de renouveler sa structure financière et de s’inscrire en cohérence avec les valeurs de l’écosystème ESS en lesquelles nous croyons profondément, en conformité vis-à-vis des règles fondamentales qu’exigent notamment le Label ESUS ou le Guide des bonnes pratiques de l’ESS. Progressivement, avec le soutien des équipes juridiques d’EY qui nous accompagnent en ce sens, l’association Pro Bono Lab redevient pleinement d’intérêt général. La croissance (+160%) du Lab sur ces deux premières années, l’arrivée de nouveaux partenaires/mécènes et investisseurs se poursuivra très naturellement en 2020, essentiellement grâce à des investissements structurants dans de nouvelles ressources humaines.

En 2020, dans la continuité de notre nouvelle campagne nationale de promotion du pro bono (bénévolat/mécénat de compétences) – « Investissez-vous », « prêtez main forte », « payez de votre personne »  – qui consiste à encourager toujours plus de volontaires à mettre leurs compétences au service des associations, et en lien avec nos Grands Programmes, nous intensifierons nos actions de mobilisation communautaire. En 2020, dès janvier, Pro Bono Lab dévoilera progressivement de nombreuses innovations technologiques, vouées à démultiplier l’impact de son accompagnement, des volontaires comme des structures pour lesquelles ils s’engagent. En 2020, Pro Bono Lab vous propose de partir, à votre tour, à la conquête de l’Europe et du monde du pro bono. 30 pays seront représentés lors du Global Pro Bono Summit organisé au nom du Global Pro Bono Network à Paris, par Pro Bono Lab, du 13 au 15 mai 2020.

A Paris, le 28 janvier prochain, Céline Laurichesse présentera ses vœux pour 2020 : année du passage à l’échelle de Pro Bono Lab, tant au niveau national qu’au niveau international. Pour la troisième année consécutive, après deux années d’un premier mandat riche et intense par ce binôme que nous formons, j’aurai l’honneur de poursuivre, sous son impulsion, la mise en œuvre de ce projet et de contribuer à un défi qui me tient profondément à cœur, a minima pour les trois prochaines années : faire que chaque structure à finalité sociale puisse avoir accès aux compétences dont elle a besoin pour se développer et se réaliser durablement.

▷ Auteur : Sylvain Reymond, Directeur Général de Pro Bono Lab
▷ Contact presse : Nina DANETnina@probonolab.org / 06.64.09.43.53