Les 1er et le 2 octobre derniers à Madrid, quatre intermédiaires du pro bono, des membres du Global Pro Bono Networkcinq établissements d'enseignement supérieur et une association étudiante provenant de 5 pays européens (Bulgarie, France, Hongrie, Portugal et Espagne) se sont retrouvés pour la réunion de lancement du projet : "Stimuler l'employabilité et renforcer l'engagement social grâce pro bono".

Ensemble, ces partenaires, forts d’une expérience significative dans la conception et la mise en oeuvre de programmes de bénévolat, notamment auprès des étudiants, se sont associés pour réaliser le projet BEESE, grâce au soutien financier du programme Erasmus +. Programme de la Commission européenne agissant en faveur de l’éducation et de la formation tout au long de la vie, Erasmus + s’inscrit dans la Stratégie Europe 2020 qui prévoit notamment de lutter contre le chômage des jeunes et contre l’exclusion sociale.

Le projet BEESE est né de plusieurs constats : des besoins sociaux en Europe de plus en plus complexes et des structures à finalité sociale qui ont souvent besoin d’un soutien professionnel pour mener à bien leur mission. En parrallèle de cela, le chômage des jeunes est un problème croissant en Europe, et ce, quand bien même, les jeunes générations auraient  de plus en plus envie de contribuer au bien-être social, y compris au travers de leur carrière professionnelle.

Des outils uniques pour permettre aux citoyens de s’impliquer dans leur communauté

Les créateurs du projet BEESE considèrent le pro bono et le bénévolat de compétences comme des outils uniques permettant aux citoyens de s’impliquer dans leur communauté. Par conséquent, chaque partenaire pourra créer des outils et des méthodologies qui donneront la possibilité aux universités d’Europe de mettre en place pour leurs étudiants des programmes pro bono de qualité et axés sur les compétences. Les projets pro bono offriront des avantages à toutes les parties-prenantes impliquées. Le partenariat impliquera des professeurs d’université, des chercheurs, mais aussi des entreprises et des bénéficiaires choisis parmis des structures à but non lucratif, tout en mettant véritablement l’accent sur les étudiants.

Pour se faire, le projet se divisera donc en plusieurs phases. La première, celle de l’enquête sur les motivations et les besoins des étudiants, suivie d’une mise en place des missions pro bono pilotes, testées au sein des différents établissements partenaires du projet. Un temps consacré à la rédaction d’un guide et une formation pour s’approprier cette méthodologie. Pour finir, des évènements de dissémination seront organisés dans chaque pays du projet.

Un projet mis en œuvre par Volunteering Hungary – Center of Social Innovation (Önkéntes Központ Alapítvány) en partenariat avec Work for SocialPro Bono LabTime Heroes FoundationL’Université de Porto, PORTO, L’Université autonome de MadridUNIVERSITY DE L’ÉCONOMIE NATIONALE ET MONDIALE DE SOFIAl’Université Obudai de Budapest et Junior Consulting Sciences Po, depuis le 1er septembre 2018 jusqu’au 31 juillet 2021.

Il est financé par l’Union européenne dans le cadre du programme Erasmus +, sous le numéro de contrat: 2018-1-HU01-KA203-047732

▷ Source : Pro Bono Lab (octobre 2018)
▷ Auteur : Tatiana Heinz, responsable du Centre d’Expérimentation et des partenariats internationaux de Pro Bono Lab