(2/3) Être parent, c’est du boulot ! Du moins, cela demande de vraies compétences. Pourtant celles-ci sont peu reconnues dans les parcours professionnels… Comment mieux les valoriser ? Comment faire enfin changer les mentalités ?  Véronique d’Estaintot, Fondatrice d’Au fil de vos choix revient sur son expérience avec Pro Bono Lab, dans le cadre du programme Pro Bono Explorers.

Partant du présupposé que des compétences développées hors champ professionnel peuvent être mobilisées au profit d’une structure à finalité sociale, Pro Bono Lab s’est intéressé à la question des compétences développées dans le cadre de la vie de parent. Un sujet qui a fait « tilt » quand nous l’avons évoqué avec Marine Pichon, responsable des programmes et de l’évaluation d’impact chez Pro Bono Lab ! En effet, voilà plusieurs années que j’explore la question et formalise progressivement le fruit de mes observations, de mon expérience personnelle et de mes travaux, en vue de valoriser l’expérience de la vie de parent et les compétences qu’elle permet de développer. Quelle joie, par ailleurs, dans ma pratique professionnelle, quand je vois l’étincelle s’allumer dans les yeux de mes interlocuteurs au moment où ils prennent conscience de toutes les compétences qu’ils ont eu l’occasion de développer dans le cadre de leurs expériences hors champ professionnel, y compris dans leur vie de parent !

 

En partenariat avec Allianz Partners, nous avons décidé de construire ensemble une expérimentation visant à mobiliser les compétences de parents d’une équipe de salariés du Mans au profit d’une structure à finalité sociale. Première étape : identifier les compétences développées par les salariés dans le cadre de leur vie de parent et établir un inventaire des compétences du groupe. Deuxième étape : mobiliser ces compétences au profit d’une association lors d’une journée de mécénat de compétences.

Un large éventail de compétences.

L’objectif principal de cette première journée était de permettre aux participants de prendre conscience de la multiplicité et de la variété des compétences qu’ils avaient développées grâce à leur vie de parent. Des activités individuelles ou en groupe ont fait émerger peu à peu une liste impressionnante de compétences, classées ensuite selon plusieurs critères par les participants, en référence à des métiers ou à des fonctions en entreprise. Quelques apports théoriques sur la notion de compétence et ses modalités de développement sont venus étayer la démarche. A noter que les caractéristiques de la vie de parent en font une situation d’apprentissage idéale à plusieurs titres, alliant la variabilité des conditions, la répétition, la durée, le feedback immédiat à des activités bien spécifiques. Rien de tel pour assurer le développement des compétences, leur renforcement et leur mise à jour permanente : la formation est garantie à vie, au fur et à mesure de l’évolution de l’enfant et des péripéties de la vie familiale ! Si développer des compétences, c’est apprendre à agir dans une situation et un contexte donnés, en mobilisant et en combinant des ressources internes et externes de façon efficace, on peut dire que les parents ont de l’entraînement : ils sont constamment dans l’action et l’expérimentation…

Avant d’aller plus loin, je vous propose de répondre aux questions suivantes :

1) D’après vous, quelles sont les compétences susceptibles d’être développées dans le cadre de la vie de parent ?

2) Pensez-vous que les parents développent tous les mêmes compétences ?

3) Dans votre environnement professionnel, y a-t-il des compétences que vous retrouvez plus fréquemment chez ceux qui sont parents ?

 

Si vous en parlez autour de vous, vous le verrez, les réponses sont multiples, et c’est là la difficulté du sujet. Même si les situations se ressemblent et qu’un même vécu peut être partagé, chaque enfant est différent, chaque parent également : il y a plus d’une façon de faire et les parents ont de multiples ressources pour s’adapter aux circonstances. De plus, la mobilisation de ces compétences ne se limitant pas à la sphère familiale, il est difficile de faire la part des choses pour déterminer leur origine. On constate cependant que certaines compétences sont évoquées plus souvent que d’autres : il pourrait donc être tentant d’essayer d’établir un référentiel de compétences. Mais qui dit référentiel, dit norme, comparaison, évaluation, voire renvoi à une vision compétitive du monde. Ne serait-ce pas rajouter une pression supplémentaire sur les parents d’aujourd’hui, qui ont déjà tendance à culpabiliser et à vouloir être parfaits ? Et puis… être parent, est-ce un métier ?

Des motifs d’étonnement… et peut-être un biais rétrospectif !

Le spectre des compétences de parent, une découverte pour certains : « Finalement, on pourrait tous être managers ! », a conclu une des participantes en fin de journée. « Je n’avais pas réalisé à quel point ma créativité s’était trouvée développée par ma vie de parent », s’est exclamée une autre. « C’est curieux, l’organisation, on ne s’en rend plus compte tellement c’est devenu naturel ! », s’est étonné un participant. Ces réflexions illustrent l’enjeu d’un travail personnel d’identification de ses propres compétences de parent, qui est d’en prendre conscience et d’être capable de les nommer et de les caractériser.

Pour d’autres, pas de surprise : en fin de journée, certains participants ont dit qu’ils avaient déjà conscience des compétences qu’ils avaient développées dans le cadre de leur vie de parent : leur existence leur paraissait une évidence. L’auraient-ils formulé ainsi sans avoir participé à cette journée ? Pourrait-il s’agir d’un biais rétrospectif, qui consiste à considérer après coup des événements comme plus prévisibles qu’ils ne l’étaient avant leur survenue ? Est-ce d’une telle évidence ? Auquel cas, pourquoi s’agit-il d’un sujet aussi rarement évoqué dans le cadre des entretiens professionnels ? Que faudrait-il pour que ces compétences paraissent légitimes au point de faire figurer l’expérience de parent sur les CV ?

La réponse émergera peut-être au cours de la deuxième journée, dont l’enjeu sera de mobiliser volontairement ces compétences en accompagnant une association autour d’une problématique spécifique…

▷ Auteure : Véronique d’Estaintot, chercheuse en psychologie de la décision, Fondatrice d’Au fil de vos choix
▷ Source : pro-bono.co
▷ Visuel : Gosia Herba pour Quartz at Work