Développement de l’engagement par le partage de compétences, nécessité d’aller vers plus de décloisonnement... Sarah Philippe, Chargée de mécénat au sein du Département du Nord ainsi que de l’animation et de l’accompagnement des projets portés par la Fondation du Nord, croit pleinement en l’importance de ces nouvelles synergies entre les sphères publique et privée. Elle nous explique pourquoi.

Faire dialoguer le monde de l’entreprise classique, celui des collectivités territoriales et celui de l’Économie Sociale et Solidaire : c’est l’un des enjeux ayant émergé de l’étude territoriale menée par Pro Bono Lab en Hauts de France. C’est également l’une des ambitions de la Fondation du Nord.

La création d’une Fondation territoriale

En 2016, le Département du Nord crée un service dédié au mécénat, dans l’objectif de développer la pratique au sein de la collectivité. Sarah Philippe accompagne sa création et l’intègre en tant que chargée de mécénat. « Il a fallu structurer un certain nombre de choses, nous avons d’abord développé le mécénat culturel, mais très vite est arrivé le projet de la Fondation du Nord », explique-t-elle. L’idée a été impulsée par le Président du Conseil Départemental du Nord, Jean-René Lecerf. Son ambition : décloisonner et rapprocher la sphère publique de la sphère privée, notamment dans le cadre de la politique de retour à l’emploi des allocataires du RSA, l’une des priorités de la collectivité.

Très vite, l’implication des entreprises du territoire dans le projet est une évidence. « La réflexion a été plus loin, avec l’objectif d’expérimenter des solutions nouvelles dans le domaine des solidarités. Il s’agissait d’imaginer un espace qui permette de créer des synergies entre le public et le privé, pour apporter des solutions innovantes et accompagner des projets impactants sur le territoire ». Les domaines de l’insertion professionnelle et de l’autonomie des personnes âgées et en situation de handicap ressortent particulièrement des échanges. « C’est sur cette base que se lance la création d’une Fondation territoriale en 2018, sous l’égide de la Fondation FACE », raconte Sarah Philippe.  

Aujourd’hui présidée par Mathias Povse (Délégué Régional Hauts-de-France d’EDF), la Fondation du Nord, collectif de 10 entreprises aux côtés du Département du Nord, soutient un grand nombre de projets impactants. « Par exemple ? Un centre de vacances un peu original verra prochainement le jour dans le Douaisis : une ancienne ferme est en cours de réhabilitation pour pouvoir accueillir des personnes en situation de handicap et leurs proches aidants, mais pas que ! Le lieu sera également ouvert au grand public et des activités seront proposées à tous. Un endroit innovant et inclusif pour des vacances sous le signe du partage ! Nous soutenons également un projet d’habitat partagé destiné à des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou encore le projet de la fédération Soliha, à destination des personnes âgées. »

Le choix de la complémentarité entre mécénat financier et de compétences

La synergie entre Pro Bono Lab et la Fondation du Nord apparaît évidente dès les premiers mois d’existence de la Fondation. Comme le souligne Sarah Philippe, « Il était clair que la Fondation du Nord accompagnerait financièrement des projets du territoire. Mais très rapidement, la volonté de développer le pro bono et de venir en appui à des structures à finalité sociale par le partage de compétences s’est imposée ! ».

Cela se concrétise en décembre 2018, avec l’association ETHAP, que la Fondation du Nord souhaitait soutenir, et qui œuvre pour l’emploi de personnes fragilisées par un handicap. L’association se lançait dans un nouveau projet d’accompagnement de personnes allocataires du RSA par des personnes fragilisées par un handicap, et présentait une pluralité de besoins en compétences. Grâce au soutien de la Fondation du Nord, l’association bénéficie du Programme Booster de Pro Bono Lab : un accompagnement personnalisé, prodigué en pro bono par des volontaires d’horizons différents, pendant 6 mois.

Le pro bono pour décloisonner les mondes et réunir autour d’une cause

L’accompagnement d’ETHAP n’est pas achevé, mais les retours sont déjà positifs ! « Qu’ils soient salariés ou non de nos entreprises membres, retraités, ou étudiants, on retrouve au sein des groupes de travail un panel très varié de profils, acteurs, univers… Tous mobilisés autour du même objectif », témoigne Sarah Philippe, qui elle-même a souhaité s’engager auprès d’ETHAP en tant que volontaire, afin “de tester le mécénat de compétences et de vivre ce projet de l’intérieur”.  

Une nouvelle expérience qui résonne particulièrement avec son expérience et son goût pour les rencontres : « J’aime m’ouvrir aux autres et être en contact avec des personnes d’horizons différents : j’ai fait un tour du monde en 2002, j’accueille chez moi des étudiants étrangers durant plusieurs mois, et, de façon plus ponctuelle, je suis également engagée auprès de l’association SINGA ! »

« L’engagement par le partage de compétences permet de créer un espace et un temps où des volontaires apportent leurs propres compétences ET développent eux aussi de nouvelles compétences, au contact des structures à finalité sociale accompagnées et des autres volontaires mobilisés. Au travers de ce que propose Pro Bono Lab, on est en plein là-dedans, dans l’envie de décloisonner, de réunir, et de créer un espace de bienveillance où les barrières sautent, où les forces et compétences s’unissent toujours au service d’une grande cause, d’un projet qui a du sens. »

▷ Source : pro-bono.co, mai 2019.
▷ Auteur : Camille Méneret, chargée d’Accompagnement et de Projets chez Pro Bono Lab.

L’engagement par le partage de compétences permet de créer un espace et un temps où des volontaires apportent leurs propres compétences ET développent eux aussi de nouvelles compétences, au contact des structures à finalité sociale accompagnées et des autres volontaires mobilisés.

Sarah Philippe, chargée de mécénat au sein du Département du Nord et de l’animation/l’accompagnement des projets portés par la Fondation du Nord