Pro Bono Lab et ses partenaires présentent la première édition de l’étude territoriale du Puy-de-Dôme. L’étude réalisée avec La Fondation Crédit Coopératif et La Direccte 63, met en lumière les actions solidaires menées par les entreprises et les liens avec les acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) pour soutenir la vie locale et associative. Les résultats démontrent que le Puy-de-Dôme est d’ores et déjà un territoire d’engagement, où les pratiques solidaires se développent. Notamment le pro bono, qui permet aux entreprises et structures de l’ESS de partager entre elles leurs compétences, pour le bien public.

Premier enseignement, les acteurs de l’ESS du territoire coopèrent beaucoup entre eux. Les structures s’entraident et partagent leurs savoir-faire pour trouver des solutions collectivement. Aujourd’hui, 60% des structures le font déjà et 90% seraient prêtent à partager leurs compétences entre pairs.

 

Témoignage de CISCA (Centre d’Innovation Sociale Clermont Auvergne) : « Il y a un terrain très favorable avec des coopérations historiques entre les acteurs du département […] on en entend peu parler en dehors du territoire car les relations sont très informelles, peu instrumentalisées et non standardisées ».

Cette culture de l’entraide est d’autant plus nécessaire que 70% des structures interrogées déclarent avoir au moins un besoin en compétences, qu’elle ne peuvent pas satisfaire par leurs propres moyens. Ce constat est encore plus marqué en zone rurale, où l’accès aux compétences « clés » pour le développement des structures ou de projets est considéré comme plus difficile.

Les entreprises ont alors, elles aussi, un rôle à jouer. 29% d’entre elles ont déjà mis en place un dispositif qui permet à leurs salariés d’aider ces structures en partageant leurs compétences, que ce soit sur leur temps de travail (mécénat de compétences) ou sur leur temps libre (bénévolat de compétences).

Et même si le pro bono n’est donc pas encore généralisé, faute de temps, de ressources ou d’informations, le pourcentage d’entreprises engagées est encourageant. D’autant plus que ces pratiques s’inscrivent dans le temps. Parmi celles qui pratiquent le pro bono, 54% le font depuis plus de 5 ans.

 

Lire en intégralité sur Le courrier des entreprises

▷ Source : Le courrier des entreprises octobre 2019
▷ Auteur : Frédéric Coureau