Dans le cadre du Panorama du pro bono*, Guilène Bertin-Perri, secrétaire générale de la Fondation Deloitte & Cyrielle Sénéchal-Chevallier, consultante et responsable du pro bono au sein de la Fondation Deloitte, nous livrent leur vision du pro bono.

En quoi l’engagement par le partage de compétences est-il un sujet essentiel pour la Fondation Deloitte ?

Il y a presque 20 ans, c’est pour répondre à l’envie exprimée par certains collaborateurs de s’engager que Deloitte lance ses premières actions de mobilisation. Dès le départ, Deloitte choisit d’agréger les compétences de ses collaborateurs sur les programmes qu’il opère directement, autour de projets d’éducation, puis autour de l’entrepreneuriat social. Le contact direct entre collaborateurs et bénéficiaires fait, encore aujourd’hui, toute la spécificité du modèle d’engagement proposé par la Fondation Deloitte, pleinement opératrice, à ses salariés.

La priorité depuis toujours, c’est ainsi l’accompagnement direct et l’impact social généré. Pour ce faire, bien au-delà de la question du financement, c’est toute la culture et les métiers de Deloitte qui sont mis au service des projets : cartographier les besoins, les définir, identifier les personnes et leurs compétences et mettre le collaborateur en posture d’accompagnateur. Tout cela est dans nos gènes. Sur notre axe éducation, le parrainage des élèves et le recours aux soft skills des collaborateurs deviennent la norme. Sur l’axe entrepreneuriat social, des missions pro bono et la transmission de compétences métiers permettent de booster des projets vraiment innovants.

Naturellement et progressivement, ces actions permettent à notre entreprise de s’ouvrir sur l’extérieur et d’avoir un rôle clef au cœur de ses écosystèmes d’ancrage. Les motivations des collaborateurs : être plus utiles, donner du sens à leurs compétences, à leurs métiers. Ces actions, même si ce n’est pas leur vocation première, contribuent pleinement au développement et à l’épanouissement des ressources humaines du groupe.

Décrivez-nous le programme d’actions de mobilisation des collaborateurs mis en place par l’entreprise.

Au fil du temps, c’est tout un parcours d’engagement que la Fondation Deloitte a mis en place et consolidé afin de répondre à toutes les envies d’engagement. A ce jour, ce parcours permet de mobiliser près de 3 500 collaborateurs par an et représentent près de 24 000 heures d’action au bénéfice de 14 000 bénéficiaires :

  • L’Impact Day qui mobilise chaque année et en moyenne 500 salariés du groupe (nouveaux entrants) et associés dans le cadre d’une opération d’intégration solidaire d’un jour. Ces collaborateurs mettent ainsi leurs premiers instants au sein du Cabinet au service de causes telles que le handicap ou l’exclusion, en compagnie de lycéens des établissements partenaires de la Fondation ;
  • Des accompagnements « à la carte » et différents parcours d’engagements en mécénat de compétences, selon les besoins du projet, individuels ou par équipes, dans la durée ou ponctuelles destinés à des entrepreneurs sociaux et associations ;
  • Des actions de mobilisations menées dans le cadre de programmes internationaux tels que World Class pour l’Education dans le Monde. Dans ce cadre les collaborateurs Deloitte de différents pays mettent leurs compétences au service de cette cause ;
  • Des actions de mobilisation directes à La Défense les samedis : les collaborateurs du groupe prodiguent directement des cours de soutien scolaire aux élèves de terminale du lycée Braque d’Argenteuil. Deloitte ouvre ainsi régulièrement ses locaux et accueille régulièrement les jeunes, ce qui leur permet de s’approprier le monde de l’entreprise.

Et demain ? Quelles nouvelles logiques de mobilisation par le partage de compétences selon vous ?

Nous croyons en l’idée que l’entreprise est un écosystème propice au développement de projets à très fort impact social et que notre rôle sera d’animer encore cet écosystème. C’est pour cela que nous continuons et continuerons à perfectionner le parcours d’accompagnement pro bono que nous proposons et à l’optimiser en définissant des formats très complémentaires, adaptés à toutes les aspirations à l’engagement. C’est aussi pour cela que nous misons sur l’idée de faire entrer les porteurs de projets et les bénéficiaires au cœur même de l’entreprise ; nous allons continuer à ouvrir les portes de l’entreprise car c’est le symbole même du décloisonnement des mondes au sein d’un même écosystème. Notre manière d’ouvrir des perspectives communes par le partage de compétences. Hier, le pro bono consistait à détacher des collaborateurs au sein d’associations, demain, ce seront les associations et entrepreneurs sociaux qui pourront s’épanouir au sein même de l’entreprise, au contact de tous les talents qu’elle réunit. Enfin, nous croyons aux logiques collectives et interentreprises. Notre participation à la dernière Probono Factory, en tant que partenaire officiel, a permis à nos collaborateurs de transmettre leurs compétences en plus de celles d’autres salariés d’entreprises du quartier d’affaires de la Défense. Ces combinaisons de compétences multiples et cette diversité de métiers permet et permettra de démultiplier toujours plus l’impact des actions soutenues.

 

* L’étude de référence sur l’engagement par le partage de compétences (bénévolat/mécénat de compétences) menée pour la seconde fois en 2019 par Pro Bono Lab avec le soutien de la Fondation Deloitte, la Fondation Société Générale, la Fondation Schneider Electric, la Fondation Groupe ADP, et en partenariat avec Le RAMEAU, Admical et l’Ifop

 

En savoir plus

▷ Source : Panorama du pro bono, avril 2019.
▷ Auteurs : Tatiana Heinz, responsable de la recherche et des partenariats internationaux de Pro Bono Lab.

Hier, le pro bono consistait à détacher des collaborateurs au sein d’associations, demain, ce seront les associations et entrepreneurs sociaux qui pourront s’épanouir au sein même de l’entreprise, au contact de tous les talents qu’elle réunit.

Guilène Bertin-Perri, secrétaire générale de la Fondation Deloitte & Cyrielle Sénéchal-Chevallier, consultante et responsable du pro bono au sein de la Fondation Deloitte