A l'heure de la crise sanitaire, le lien intergénérationnel est essentiel. Cela nous rappelle que nous avons beaucoup à nous apporter entre générations, dans un sens comme dans l'autre. Sophie Padieu revient sur le programme Pro Bono Explorers* mené cette année par l’antenne Méditerranée de Pro Bono Lab, qui propose une expérimentation singulière de ce qu’on appelle le “reverse mentoring”.

Le reverse mentoring, qu’est-ce que c’est ?  

Selon une étude de l’observatoire du management intergénérationnel, la transmission des compétences et des savoirs est bien organisée dans seulement 32 % des entreprises. Une des solutions pour pallier ce problème et inverser les rôles : le reverse mentoring.  

Le principe du Reverse Mentoring est simple : un cadre expérimenté est coaché par un jeune collaborateur sur des sujets en lien avec le digital. Les digital natives, nés entre 1980 et 2000, transfèrent leur connaissances et compétences aux collaborateurs plus âgés qu’eux. Ce partage de compétences ne permet pas uniquement d’éviter la fracture digitale au sein de l’entreprise mais favorise aussi le lien intergénérationnel.  

En effet, l’augmentation de l’espérance de vie et donc de la durée du temps de travail conduit aujourd’hui à faire cohabiter 3 à 4 générations au sein d’une même structure. On sait naturellement que l’expérience et les connaissances sont transmises des seniors vers les juniors. Cependant, la révolution digitale change la donne et permet une modification du rapport hiérarchique.  

Permaculture et reverse mentoring… En pro bono ! 

Au sein du programme intergénérationnel de Pro Bono Lab, le principe du reverse mentoring a été adapté au domaine de la permacultureCar il n’y a pas qu’au sujet du numérique que les jeunes peuvent coacher les moins jeunes ! Sept seniors de la ville de Marignane et Sept étudiants en CAP aménagement paysager se sont réunis avec pour objectif la création d’un jardin partagé en permaculture.  

Dès le premier atelier, les participants ont créé ensemble un jardin fictif en permaculture. Des ébauches d’idées fusent et les connaissances et compétences dans le domaine sont transmises de la jeune génération vers la plus ancienne. C’est avec surprise que les seniors occupent la place de mentoré plutôt que de mentor. Une dynamique de confiance et de proximité s’installe entre les différentes générations. 

Après plusieurs temps inspirants, durant lesquels les seniors et les étudiants ont pu échanger, un challenge leur est proposé : réaliser les plans d’aménagement et organiser la création du jardin en permaculture. Au cours de la journée consacrée, les échanges s’intensifient, les idées et les différentes visions d’aménagement s’entremêlent. 

La première étape est ainsi réalisée. Ils ont défini l’objectif principal du jardin. Ce sera un lieu de découverte et d’apprentissage. Tous ont appris sur la permaculture lors des temps inspirants et des rencontres, tous souhaitent donc transmettre ce savoir.  

Le deuxième temps a été d’élaborer le plan papier du jardin : le puits, les ruches, les différentes espèces d’arbres et d’arbustes à planter, la mare, le choix des légumes, des fruits…. Chacun a pu apporter ses connaissances à la fois techniques et théoriques.  

Enfin, la dernière étape a été de réaliser le retroplanning pour organiser les prochains moments de rencontres. Les étudiants ont ainsi pris la main sur la rédaction par ordinateur surveillés de près par les seniors…L’impatience se fait sentir, les seniors comme les étudiants veulent passer à la pratique et plonger les mains dans la terre. 

La prochaine étape aura lieu normalement en avril sur le terrain de 500m² mis à disposition par l’association Pereni’terre l’Arbre Rouge à Chateauneuf Les Martigues. Après cette phase de conceptualisation et d’échange, place à la pratique ! Qui des seniors ou des étudiants transmettra les bons gestes à l’autre ?  

Depuis la création du programme Pro Bono Explorers, Pro Bono Lab s’attache à faire connaître le pro bono mais aussi à en expérimenter de nouvelles formes, comme avec le reverse mentoring. Quelle que soit notre expérience, quel que soit notre âge, nous avons tous des compétences à transmettre. Cela demande parfois de questionner notre rapport au savoir(s), nos habitudes et nos idées préconçues sur la transmission des connaissances.   

* Ce programme voit le jour grâce à l’implication de plusieurs acteurs du territoire, engagés à la fois sur les questions d’inclusion, de lien social à travers les générations mais aussi l’environnement et la biodiversité.  

Le Rotary Club de Marignane, Pro Bono Lab, l’Association Pérenni’terre l’Arbre Rouge, CFPPA (Centre de Formation Professionnelle et de Promotions Agricoles) de Valabre Marseille s’associent et forment pour l’occasion un collectif d’acteurs mobilisés en faveur de l’engagement citoyen.  

Le programme est par ailleurs soutenu par AG2R LA MONDIALE, le Comité Jeune de Marignane et le Ville de Marignane. 

#RejoignonsNousAutrement

▷ Source : pro-bono.co, mars 2020.
▷ Auteure : Sophie Padieu, Pro Bono Lab