Retour sur la clotûre du Tour de France des Mécènes organisé par l’Admical. Cette série d’événements, qui a débuté fin 2016, avait pour but d’aller à la rencontre des chefs d’entreprises et entrepreneurs afin de mieux faire connaître le mécénat, découvrir des projets innovants dans les différentes régions, connecter les entrepreneurs entre eux et donner les clés pour passer à l’action. 

Créer du lien

Cet événement a permis de mettre en avant les enjeux qu’incarne le mécénat sous toutes ses formes, qu’il soit financier en nature ou en compétences (les entreprises choisissent d’ailleurs bien souvent de combiner plusieurs types de mécénat, en fonction de leurs ressources et des projets, afin de pouvoir apporter un accompagnement plus global). Selon Marina Derrien, Responsable Mécénat de Metz Métropole, il est un “véritable outil au service de la création de lien, d’une meilleure répartition des richesses et source de progrès social”. A l’heure du « tournant philanthropique » qui s’observe en France, le mécénat répond par l’ensemble de ses vertus à la redéfinition de l’entreprise comme acteur de l’intérêt général. Il met en avant “les qualités humaines, les projets et des valeurs communes” comme le souligne François Debiesse, Président de l’Admical.

Partager ses compétences

Le mécénat de compétences est particulièrement plébiscité car il permet aux collaborateurs d’être réellement impliqués et de répondre à cette question de “quête de sens” dans le travail. Pour les jeunes générations, de plus en plus sensibles à l’éthique, aux valeurs d’entreprises ainsi qu’à la qualité des parcours professionnels proposés, il représente une vraie opportunité : d’une part, “il permet l’apprentissage et l’acquisition de compétences transversales. De l’autre, il permet d’articuler les aspirations individuelles et collectives, le « je » et le « nous » “comme le souligne Nils Pedersen, Président de la Fonda.

S’engager, collectivement

En incitant à la rencontre entre les entreprises, les citoyens et les structures, le mécénat crée des connexions qui ont du sens. L’idée du mécénat collectif est ainsi de fédérer localement les acteurs engagés dans cette pratique autour de valeurs communes. Selon Sylvaine Parriaux, Déléguée Générale de l’Admical, ce mécénat est « la solution adéquate pour les territoires » car il permet d’affirmer un message clair et d’offrir une réelle visibilité. En mutualisant les moyens, il permet d’avoir un impact plus fort et ainsi d’être bénéfique pour l’ensemble des acteurs du territoire.

La Fondation territoriale des Lumières, qui réunit 9 partenaires sous l’égide de la Fondation de France est une belle illustration de ce mouvement . Elle est issue d’une dynamique locale et agit à l’échelle d’un territoire élargi pour « lutter contre toute forme de précarité sur le bassin minier du Nord et du Pas de Calais ». Avec ce projet, les différentes parties prenantes portent l’idée qu’il est possible de « susciter l’envie d’agir des habitants et de soutenir leurs initiatives ».

Les territoires sont de formidables laboratoires d’expérimentation et d’initiatives. Ces exemples de collaborations entre différents acteurs complémentaires et transverses font naître de vraies dynamiques constructives. Une source d’inspiration précieuse !

▷ Auteure : Laure Bulteel, Chargée de Développement Territorial 
▷ Source : pro-bono.co, juin 2019