Après une première Soirée Annuelle à Lille, le 30 janvier, une deuxième se tenait le 07 février dernier à Paris, chez Vivendi. Près de 120 personnes étaient réunies pour découvrir en exclusivité les 20 propositions remises par Pro Bono Lab au Gouvernement et le programme des événements portés par le Lab durant toute l'année 2019.

Chaque début d’année, Pro Bono Lab organise un cycle de Soirées Annuelles dans chacune de ses antennes territoriales afin de dévoiler le programme des temps forts à venir et poursuivre les réflexions collectives autour de l’engagement par le partage de compétence. Dans ce cadre, le Lab présentait dans les Hauts-de-France, le 30 janvier dernier, les résultats de l’étude territoriale « Comment les entreprises s’engagent-elles dans les Hauts-de-France ? » menée par son Centre d’Expérimentation, en présence du Président du Medef local. C’est donc au coeur de son territoire d’ancrage le plus récent que Pro Bono Lab a lancé cette nouvelle année, placée sous le signe des territoires.

Acte 2 du Manifeste « Toute compétence est un bien public. » : des Tribunes aux propositions

En introduction de cette deuxième Soirée Annuelle de Pro Bono Lab, organisée à Paris chez Vivendi, Céline Laurichesse, Présidente du Lab, faisait le point sur la mise en oeuvre de la feuille de route stratégique de l’association. Elle rappelait qu’en mai 2018, « le Manifeste ‘Toute compétence est un bien public.’ permettait d’ancrer le nouveau positionnement plus institutionnel de la structure et de la doter d’une ambition forte (…). En février 2019, ce sont les parrains issus du monde économique de Pro Bono Lab qui s’en sont emparés pour encourager toutes les entreprises françaises à ‘mettre les compétences de leurs collaborateurs au service du bien public’. »

    

Après ces deux prises de parole médiatiques, place désormais aux propositions. Céline Laurichesse et Sylvain Reymond, Directeur Général de la structure, ont ensuite dévoilé ce qui constitue l’Acte 2 de ce Manifeste, à savoir 20 propositions en faveur du développement du pro bono en France et dans le monde, directement remises au Gouvernement par le biais d’une visite officielle de Gabriel Attal, Secrétaire d’Etat, chez Pro Bono Lab. Pensées et réunies lors de la dernière Probono Factory (lire l’article dédié sur pro-bono.co), ces propositions visent à démocratiser la pratique de l’engagement par le partage de compétence. Pour cela, 3 axes ont été définis : développer le pro bono pour les individus, le pro bono pour les organisations et le pro bono pour tous.

Table ronde : responsables d’entreprises, de structures à finalité sociale réunis autour d’une députée !

Véritable point d’orgue de cette Soirée Annuelle, Pro Bono Lab proposait ensuite à quatre personnalités emblématiques issues de sphères différentes (publique, privée ou de la société civile) de poser leurs regards sur ces propositions. Fatem-Zahra Bennis, directrice adjointe de l’association Ikambere, Benoit Bonello, directeur de l’Innovation Sociale chez Suez et directeur de La Maison pour Rebondir, Cécile Jouenne-Lanne, directrice de la Citoyenneté et responsable de la Fondation Société Générale ainsi que Valérie Provendier, députée des Hauts-de-Seine ont ainsi pu témoigner et illustrer certaines d’entre elles. « Intégrer le pro bono dans les indicateurs extra-financier de performance de l’entreprise » et « valoriser ses apports sur le développement des ressources humaines », « ouvrir cette pratique aux demandeurs d’emploi ou au plus jeunes afin qu’ils puissent de réaliser par le partage de compétences », « imaginer un dispositif de mobilisation des compétences des agents du service public »… ont été les propositions les plus débattues.

    

    

Au coeur de ces échanges animés par Marie Jouhault, directrice de la Prospective et des Partenariats de Pro Bono Lab, la question des apports du mécénat de compétences pour les structures à finalité sociale a susciter de nombreuses discussions. « Le mécénat de compétences est un accompagnement très spécifique, lourd à mettre en place pour de petites structures comme la nôtre (FZB) »… « Sa mise en oeuvre optimale et sa généralisation, que ce soit par les entreprises et/ou pour les structures à finalité sociale nécessitent de respecter certaines bonnes pratiques fondamentales, sans quoi il peut en effet s’avérer contre-productif » ajoutait Sylvain Reymond. Et de conclure que « le pro bono en général » constitue un dispositif d’accompagnement exigeant et très particulier qui, s’il est bien opéré, est un véritable démultiplicateur d’impacts positifs. Dans le cas contraire, il peut en effet déstabiliser des structures lorsqu’elles sont mal accompagnées. »

60 temps forts portés par Pro Bono Lab en 2019, une open source dédiée au pro bono pour animer la réflexion en flux

Depuis 2018, Pro Bono Lab assume pleinement son double rôle d’opérateur et d’acteur institutionnel de l’engagement par le partage de compétence. Pour animer sans cesse la réflexion autour de ces sujets et agréger les réflexions de toutes celles et ceux qui font le bénévolat/mécénat de compétences au quotidien, le Lab porte chaque année plus de 60 temps forts recensés via un nouvel outil : l’Agenda du pro bono. « Parmi ces temps forts, la Pro Bono Week, semaine internationale du bénévolat/mécénat de compétences sera l’occasion de réunir tous les acteurs français et internationaux pour faire le point sur la mise en oeuvre de l’ensemble de ces propositions et en imaginer de nouvelles » annonçait Céline Laurichesse. Un événement d’une journée sera organisée avec d’autres acteurs institutionnels pour cette occasion.

    

Enfin, l’association a également révélé en avant première sa nouvelle open source de l’engagement par le partage de compétences (bénévolat/mécénat de compétences) : pro-bono.co dont la vocation est « de donner la parole à différents acteurs, portant différentes visions ; d’agréger les réflexions collectives sur le pro bono ; de les projeter dans l’espace public… » dixit Elsa Chaucesse, responsable de l’open source pour Pro Bono Lab et le Global Pro Bono Network.

Revivez la soirée en images

▷ Source : Pro Bono Lab, février 2019
▷ Auteur : Elsa Chaucesse, Responsable de la communication et des RP de Pro Bono Lab

▷ Crédit photo : © Mehrak Habibi