Toute opportunité d’en apprendre plus sur les pratiques de pro bono est bonne à prendre…même en vacances ! Cet été, Ségolène Bunel, Directrice Hauts-de-France à Pro Bono Lab, a voyagé sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, de Vancouver à la Californie. Elle a profité de son passage à San Francisco pour rencontrer Jennifer Diaz, une Directrice de l’équipe Conseil à la Taproot Foundation.

Une belle occasion de découvrir leurs organisations respectives, de partager des bonnes pratiques et de réfléchir ensemble aux défis auxquels elles peuvent être confrontées.

En effet, Pro Bono Lab et la Taproot Foundation ont beaucoup de choses en commun. A commencer par leur mission qui est très similaire. La Taproot Foundation vise ainsi à “mobiliser des professionnels en pro bono, puisque de nombreuses associations à finalité sociale n’ont pas accès aux compétences en marketing, design, numérique, management ou en stratégie dont elles ont besoin pour réussir”.

Cela vous rappelle-t-il quelque chose? Et justement, parce qu’elles ont tant en commun, les deux organisations sont toutes les deux membres du Global Pro Bono Network.

Au fur et à mesure des années, la Taproot Foundation a réussi à accroître sa couverture géographique aux Etats-Unis, ayant à présent une équipe travaillant dans différents bureaux à New York, Chicago, San Francisco, Los Angeles et ailleurs.

Son impact a été surtout démultiplié depuis que l’organisation a lancé en 2014 Taproot Plus, une plateforme en ligne mettant en relation des associations et des volontaires, selon les compétences dont ils ont besoin / qu’ils ont à offrir.

Forcément, changer d’échelle est un sacré défi ! D’autant plus que la Taproot Foundation, tout comme Pro Bono Lab, a à coeur de maintenir la qualité des services qu’elle développe. En particulier, elle souhaite rester en capacité d’adapter sur-mesure les programmes et projets aux besoins spécifiques des entreprises, des volontaires et des associations.

Quelle est la leçon ici ? Que vous soyez à Roubaix dans les Hauts-de-France ou à San Francisco en Californie, l’engagement par le pro bono reste primordial pour aider les associations et il y a toujours des opportunités de s’investir. Alors, où que vous soyez, rapprochez vous d’un intermédiaire du pro bono !

La seconde leçon, pour Ségolène en particulier : l’espace de co-working où travaille la Taproot Foundation a possiblement une vue plus impressionante sur la ville…!

▷ Auteure : Ségolène Bunel, Directrice Régionale Hauts-de-France, Pro Bono Lab
▷ Source : pro-bono.co