L’écologie est devenue un sujet central dans notre société, dans un contexte d’urgence climatique avéré. Les chiffres et les images sont là pour nous le rappeler, chaque jour. Associations, citoyen(ne)s, politiques, médias… tous s’emparent de la question et tentent de réfléchir à des solutions, qu’elles soient individuelles ou collectives. Parmi les acteurs engagés dans cette quête, l’association World CleanUp Day que l’équipe de Pro Bono Lab Hauts-de-France a eu la chance de rencontrer.  

 

Un mouvement collectif, d’envergure

Il y a peu de temps, nous sommes partis à la rencontre de Julien PilettePrésident de l’association World CleanUp Day France. Cette association organise chaque année une journée de mobilisation portant le même nom, et consistant en un grand temps de « nettoyage » de la planète. Concrètement, les volontaires se réunissent toute une journée pour faire des collectes à grande échelle de déchets sauvages qui polluent notre environnement. Car, malgré un certain consensus autour de la question écologique en France, le volume de ces déchets ne cesse de progresser… ! 

Ce mouvement est, à l’origine, apparu en Estonie. En 2008, un entrepreneur estonien a décidé d’organiser une mobilisation nationale afin de ramasser tous les déchets abandonnés dans son pays. Au total, 10 000 tonnes de déchets avaient été ramassés par 50 000 personnes ! Un résultat à la fois alarmant si l’on se concentre sur la quantité de déchets, mais encourageant d’un point de vue de la mobilisation citoyenne. Plusieurs pays ont alors sauté le pas, donnant au projet une toute autre envergure. En 2018, 160 pays lançaient à leur tour leur grande journée de nettoyage.  

Un projet basé en Hauts-de-France qui s’étend à toutes les villes de France. 

En France, c’est l’association World CleanUp Day, avec son siège à Lille qui est à l’origine de ces journées. La mobilisation pour le World CleanUp Day se fait au départ de plusieurs villes telles que Toulouse et Paris, de nombreux bénévoles se trouvent sur les territoires pour porter le projet.  

Car le projet World CleanUp Day cherche surtout à réunir, tout en mobilisant de nombreuses personnes différentes, de manière individuelle ou collective, via son entreprise sur son temps de travail (mécénat de compétences).  

Petites, moyennes ou grosses entreprises, nombreuses sont celles qui aujourd’hui ont envie, à leur échelle, de prendre en compte ces enjeux environnementaux 

En ouvrant ces journées au plus grand nombre, Julien Pilette souhaite faire passer un message : « Chaque personne souhaitant porter le projet et le faire grandir, peut le faire. C’est un projet commun, portant des valeurs de partage, de cohésion et de bienveillance tout en cassant les frontières pouvant exister. » 

La lutte contre le réchauffement climatique, la préservation de la nature et de notre écosystème ont un formidable pouvoir fédérateur ; en témoigne le succès de ces journées auprès de publics très divers. Ce combat nous rassemble et nous permet d’avoir un réel impact positif, ensemble. En comptant sur les énergies et les compétences de chacun(ne), que ce soit les citoyen(ne)s ou les entreprises engagées, de nombreux projets similaires pourront voir le jour en France et dans le monde.  

En savoir plus sur le World CleanUp Day

▷ Auteure :  Camille Bernard, chargée de communication Pro Bono Lab – Hauts-de-France
▷ Source : pro-bono.co